Autour d’Alençon. Marlène Guittet une opticienne qui voit les gens à domicile

Publié par gharbii le

Renouveler et essayer vos lunette et lentilles chez vous entre ALENÇON et Mamers
Autour d’Alençon. Marlène Guittet une opticienne qui voit les gens à domicile
Autour d’Alençon. Marlène Guittet une opticienne qui voit les gens à domicile
À 32 ans, Marlène Guittet se lance en tant qu’opticienne à domicile. Installée dans le Nord-Sarthe, elle opère dans un rayon de 45 km autour de Douillet le Joly.
Renouveler et essayer vos lunette et lentilles chez vous entre ALENÇON et Mamers
De porte en porte, Marlène Guittet se déplace avec ses 500 paires de lunettes et ses appareils pour mesurer la vue. Originaire des Alpes Mancelles cette opticienne de 32 ans a décidé de créer sa propre entreprise d’opticienne à domicile «  Opti-mobile  ».

Un métier qui se développe
Opticienne depuis 13 ans, elle connaît ce métier comme sa poche et rêvait de son indépendance. Depuis le 1er février, c’est désormais chose faite.

«  J’ai toujours voulu me mettre à mon compte. J’aime suivre mes idées, tout gérer  », confie-t-elle. «  Quand je travaillais en magasin, je donnais de ma personne sans retour, là au moins, cela ne sera pas le cas.  »

Marlène Guittet a travaillé pendant neuf ans sur Alençon comme responsable adjointe puis est partie au Mans en tant qu’opticienne manager itinérante. «  Je bougeais dans différents magasins.  »

Les déplacements, Marlène Guittet y prend rapidement goût. «  Mes proches me disaient : pourquoi tu ne te déplacerais pas plutôt que ce soit à nous de venir dans les magasins ?  »

À son retour à Douillet le Joly, elle se lance dans son projet dans le Nord-Sarthe et dans l’Orne. «  L’optique à domicile se développe de plus en plus en France  », a-t-elle pu observer.

Entre 400 et 500 paires
«  J’ai entre 400 et 500 paires de lunettes, hommes, femmes, enfants, solaires… Ce n’est pas loin d’un petit magasin de campagne qui se déplace avec moi !  », sourit Marlène Guittet.

Ses produits, la professionnelle les sélectionne «  le plus intelligemment possible  » en travaillant avec plusieurs marques françaises, des créateurs, d’autres, plus classiques. «  Si un enfant veut une monture de garçon avec une couleur qui n’est faite que chez les filles, je peux lui commander la monture parfaite.  »

Contrôle visuel, service après-vente, seconde paire offerte… «  L’offre est aussi performante que si la personne se déplaçait au magasin  », résume Marlène qui se balade avec ses grosses valises remplies de plateaux de lunettes dans sa voiture. «  Je mets quasiment tout dans mon coffre mais j’ai aussi un petit stock à la maison  ».

Chez elle, l’opticienne dispose d’une pièce dédiée à son travail : bureau pour recevoir les fournisseurs, atelier pour monter les verres… «  Dans l’avenir, j’espère monter une dépendance  », assure celle qui ne manque pas de projets.

Au plus proche des clients
Ce que Marlène aime par-dessus tout, c’est le contact avec les clients. «  C’est moins formel qu’en magasin, le contact est différent. Les clients ont le temps, ils sont souriants, c’est un service spécialement pour eux alors ils sont plus détendus !  »

Marlène esquive le côté technique pour ne pas perdre ses clients et propose directement les montures qu’elle pense adaptées. «  Je sais quoi proposer ! On tombe rapidement sur la bonne paire !  »

L’objectif est également d’aller à la rencontre de ceux qui sont le plus isolés. «  Je rencontre des gens qui n’ont pas de moyens de locomotion, qui ont des difficultés pour se déplacer comme les personnes à mobilité réduite ou les personnes âgées.  » Mais aussi ceux «  qui n’ont pas de temps à perdre  » !

Catégories : Par défaut